Un livre : Le crépuscule des elfes

Publié le par Bambou

JLF-crepuscule.jpg


Info
:
Le crépuscules des elfes de Jean-Louis Fetjaine est le livre qui m'a le plus marqué et de loin ! Il s'agit en réalité d'une trilogie se déroulant dans un monde à la Tolkien (plus précisement à celle du roi Arthur). L'auteur s'est basé sur de nombreux livres sur la culture celte et la vie du Moyen-Age.

Le livre et moi : J'ai donc connu ce livre par hasard en été 2000. Ma grand mère devait acheter un livre à France Loisirs, et ne sachant pas quoi prendre, elle me demanda d'en choisir un ... Mon choix se porta donc sur ce livre dont je ne connaissais même pas l'histoire ...
Quoi qu'il en soit, je le conseille à toute personne étant fan d'héroic fantasy !

Résumé : Il y a bien longtemps, avant même Merlin et le roi Arthur, les hommes n'étaient pas les seuls maîtres du monde. Des elfes, des nains, des gobelins et bien d'autres races vivaient à leurs côtés, jusqu'au jour où ces races disparurent brutalement, au point que leur souvenir même n'est parvenu jusqu'à nous qu'à travers les contes de fées.

C'était une époque où les elfes étaient un peuple innombrable, dispersés dans les bois, sur les rivages ou dans les marais, puisant dans les forces magiques de la nature la force physique qui leur manquait. Grands et minces comme des adolescents, la peau d'un bleu très pâle, le mouvement lent, la voix calme, ils allaient à peine vêtus et semblaient indifférents au froid, à la pluie ou au vent.

Les hommes que la nature effrayait et qui ignoraient la magie, craignaient les elfes mais s'escrimaient à copier leur grâce, à imiter leurs fins bijoux d'argent, à reproduire les chants de leurs ménestrels. Comme s'ils savaient que le peuple des elfes allait disparaître...


Extrait : De nos jours, il n'y a plus d'elfes. Presque plus. Les hommes se sont habitués à être les seuls maîtres de la Terre, et se battent tellement entre eux, depuis tant d'années, qu'ils ont perdu le souvenir de l'époque lointaine où d'autres races vivaient à leur côté. Le peuple des elfes à disparu brutalement, et ceux qui survécurent se sont effacés derrière le paravent des légendes. Oh, il y a toujours des rencontres étranges, des frissons dans le dos et des mauvais rêves, mais nul ne songerait à les attribuer aux elfes.
Pendant un temps, les hommes leur inventèrent d'autres noms, korrigans, lutins, farfadets, puis ils cessèrent même de croire aux contes de fées. Je vous parle d'un âge où les hommes n'étaient que l'une des quatre tribus de la déesse Dana, les Tuatha Dê Danann, elfes, nains, monstres et hommes. Et à chaque peuple, la déesse avait confié un talisman, symbole de chaque race et garant de sa survie. Les hommes reçurent le Fal Lia, le Pierre de Fal, principe même de la souveraineté, qui gémissait dès qu'un roi légitime s'en approchait. Peut-être est-ce pour cela qu'ils crurent pouvoir dominer le monde... Aux elfes échut le Chaudron du Dagda, le Graal de la connaissance divine. Au monstres la lance de Lug, le dieu que les moines appelèrent Lucifer, arme terrible qui ne pouvait étancher sa furie meurtrière qu'en étant plongée dans un chaudrons empli de sang. Et les nains reçurent l'Épée de Nudd, qu'ils nommaient Caledfwch dans leur langue rocailleuse et qui devint, dans la bouche des hommes Excalibur.
[...]
Les elfes, la tribu de l'air, étaient un peuple puissant et redouté des homme. Un peuple sans ville, dispersé dans les bois, sur les rivages ou dans les marais, puisant dans les forces magiques de la nature la force physique qui leur manquait. Grands et minces comme des adolescent, la peau d'un bleu très pâle, les mouvement lent, la voix calme, ils allaient à peine vêtus et semblaient indifférents au froid, à la pluie ou au vent, pareils à des arbres ou à des bêtes. Les hommes, que la nature effrayait et qui ignoraient la magie, craignaient les elfes mais s'acharnaient à copier leur grâce, à imiter leurs fins bijoux d'argent, à reproduire les chants de leurs ménestrels. Longtemps, l'image des elfes est restée le modèle même de la beauté au coeur des hommes. Et pourtant, ce sont eux qui ont provoqués leur disparition...

 

Publié dans Prise de conscience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

spiral 13/04/2008 23:27

j'ai lu se livre ainsi que la suite je te la conseille si tu ne la pas deja lu l'auteur a ecrit aussi une nouvelle epoper de deux livres sur merlin sa jeunesse sa legende.l'auteur emet d'une hypotese qui que le calandrier des fetes catholique serait calquer sur le calendrier celte voilas j'avais envi de te faire partager sa si jamais vous vouler les titres dites le moi bisou

Pastelle 06/04/2007 16:00

il me semble avoir déjà entedu parler de ce livre, quoiqu'il en soit, en lisant ton article, ça donne vraiment envie de le lire. j'aime beaucoup tout ce qui touche à la fantasy, je regardais s'ils l'ont à la bibliothèque! Gros bisous doux! ;)