Un livre : "J'avais douze ans" de Nathalie Schweighoffer

Publié le par Bambou

javais-20douze-20ans.jpg

Info
:
Ce livre est un témoignage sur un sujet tabou : l'inceste. Nathalie accepta d'apporter son témoignage lors de l'émission "Médiations" de François de Closet et publia quelques temps après ce livre poignant et brutal.

Le livre et moi : Ma soeur me passa se livre alors quand j'avais le même âge que Nathalie. Il n'est pas difficile de se mettre dans la peau du personnage dans ces conditions, surtout que le texte est à la première personne. C'est un livre très choquant et la sincérité de l'auteur rend la lecture d'autant plus difficile. Le texte est direct et on entre dans le vif du sujet dès les premières lignes du livre (voir extrait). Cependant il s'agit là d'un livre qui apporte beaucoup et qui explique que "ça n'arrive pas qu'aux autres". Après l'avoir terminé, je suis sortie de cette expérience totalement changé, et c'est le genre de livre qui vous donne une autre vision de la vie. Ames sensibles s'abstenir !

Résumé : Nathalie avait douze ans lorsque son père l'a violée pour la première fois. Pendant cinq ans, elle devra subir un rituel érotique où les sévices sexuels alternent avec les coups de ceinture, les petites séances de cassettes porno, les questions perverses, l'alcool. Écrasée de honte, elle se tait ; humiliée, elle oscille entre le suicide et la tentation de supprimer ce père monstrueux, mais elle se tait. Lorsque sa mère quitte le foyer conjugal avec ses enfants, Nathalie décide d'avouer ce qui a fait de son enfance un véritable enfer : à 18 ans, avec un courage exemplaire, elle porte plainte contre son père.



Extrait : Qu'est-ce qui m'arrive ? Il est là dans son peignoir marron, debout devant mon lit, l'air bizarre, le regard dur, froid, comme si j'avais fait quelque chose de mal. J'ai rien fait de mal aujourd'hui. Pourquoi j'ai peur ? Je recule contre le mur, je m'y écrase, je tire le drap sur moi. Je devrais sûrement foutre le camp, me barrer, mais il y a le mur derrière moi et mon père devant. Qu'est ce qu'il fait assis sur mon lit à une heure pareille ? C'est pas normal...
Il me caresse les cheveux, et je sens une menace comme si j’allais prendre une giffle.
"- Papa, qu’est ce que tu veux ? Arrête, laisse moi."
Il se met à parler de Franck. Je comprend pas. Il veut savoir ce que me fait Franck, s’il m’embrasse, où il met sa main. Il veut que je lui dise la vérité sur Franck. Des tas de phrases longues, murmurées, il n’en finit pas de parler de Franck. Qu’est ce que je dois dire ? Qu’est ce qu’il s’est mis dans la tête ? J’ai douze ans et demi, j’ai rien fait avec Franck.
Il se trompe, il veut savoir des trucs qui n’existent pas. Qu’est ce qu’il veut que je lui dise ? Ca me rend muette. Il n’a jamais fait ça avant. Y a un silence dans ma tête terrible. Impossible de sortir un seul mort, pendant un bon moment. Et lui, il continue de poser des questions. On dirait qu’il a envie que je lui mente, que je lui raconte des choses. Je ne dois pas avoir l’air choqué. Je fois faire la petite fille qui trouve ça normal les mots qu’il emploie, les gestes qu’il suppose.

Extrait de "J'avais douze ans" de Nathalie Schweighoffer

Publié dans Prise de conscience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

deschamps reine 29/01/2011 09:02



Bonjour et agréable découverte qu'est ce livre!


Une jeune fille me l'a fait connaître car elle aussi a été violée une fois par son petit ami, moi il y a bien longtemps j'avais 6 ou 7 ans, j'en ai 55 bientôt le 11/02/1956 maintenant, et
j'ai 7 enfants. Pour moi en discuter avec tout le monde n'a jamais été un problème, et beaucoup de femmes elles aussi m'ont avouée leurs mésaventures pour certaines au quotidien.


Le plus dur à accepter c'est le fait que souvent la famille au courant n'en dit pas un mot, comme si c'était "normal" et coutûmier dans la famille depuis des lustres.


Moi c'était avec mon parrain, le seul homme à "être gentil" avec moi, famille d'alcoolique, brutaux les coups tombaient souvent .... mais travailleurs comme disait ma mère:


bûcherons, carrieristes, pas des sans travail ...........eux.........,


beurk ! Un verre de vin me flanque la nausée.


Je me dis que mon innocence a rendu les choses moins lourdes, je ne me posais pas de questions, ma mère me disait va te promener avec lui qui entre parenthèse ( était son
amant.)


Il y a deux années je suis retournées sur le lieu, j'ai redécouvert la margèle qui traversait le ruisseau d'où sortaient du sol de nombreuses sources, l'eau y est très claire, un
ravissement, j'y ai vu les inscriptions sur la pierre et là des souvenirs me sont revenus.


J'ai pris des grandes brassées d'eau et je me suis lavée en pleurant, puis tout est parti, je suis heureuse, car je suis une belle femme, je suis forte, très forte, j'aide aussi les
autres par l'intermédiaire de mon blog.


magiedumoment.centerblog.net


je photographie des Orbs, je fais des vidéos, j'ai 9 petits enfants, bon d'ccord trois que je ne connais pas ma fille a des comptes à régler avec elle même.


Le monde aurait pu s'arrêter en 1998 quand les toubibs m'ont révélé que j'avais gagné le gros lot, oui une Sclérose en plaques suite au vaccin hépatite de 95, je voulais être
ambulancière, mais non, je suis debout plus aucun protocole, JE SUIS heureuse et je ne prends plus aucun médicament.


je SUIS forte Grâce à tout ce que j'ai vécu et je ne voudrais pas que mon passé soit changé d'une miette,


Les épreuves apportent le courage, la force et le lâcher  prise,


bisous à toi et souris tu vis dans l'instant présent , le passé est mlort, il a été l'instrument du sculpteur qui a fait de toi une femme, et qu'elle femme!



Mathilde Barrié 23/01/2011 15:00



Coucou moi une de mes amies la lu elle l'a trouver horrible et géniale et se trouve meme cruelle de dire que c'est un bon livre mais moi je ne l'ai pas lu et j'aimerais bien l'acheter d'apres se
qu'on ma dit dessu les sentiments y sont tres fort expliquer et la vie en a été gacher je ne sais aps se que j'aurais fais moi meme si une telle horreur m'étais arriver mais je ne souhaite a
personnes  meme a mes pires ennemies uq'il leur arrivent un telles sort c'est tellement degueulasse et si vraissemblable que le livre parle vraiment d'une histoire sorbide



Annick 22/09/2010 20:38



J'ai un an de plus que Nathalie et il me paraissait impensable que les années 80 puissent être encore si rétrograde qu'elle ait pu vivre cet enfer sans aide....


Nathalie, on ne peut te guérir mais bordel, on peut t'aimer et t'admirer pour le courage que tu as montré dans cette épreuve.


Merci pour la leçon de vie!



Jeantet Sophie 11/09/2010 00:34



Nathalie, vous m'avez boulversée. Je suis l'heureuse maman de cinq enfants dont deux filles que je suis heureuse de voir épanouies et gaies avec un père digne de ce nom. Je crois comme
vous que tout adulte responsable doit se poser des questions et intervenir quand il croise une adolescente qui part à la dérive, ce n'est jamais anodin et ça n'a pas grand chose à voir avec la
crise d'adolescence. J'espère que votre extraordinaire courage et votre immense volonté vous ont permis de vivre vraiment et d'aimer malgré votre enfance dévastée.Merci



morales 25/07/2010 16:36



jai lu le livre et c horible on se mai dan la peau du personnage on resent tt