Je suis égoïste

Publié le par Bambou

Pas trop envie d'écrire en ce moment. 

Je me suis disputée avec Fab avant hier. Il m'a annoncé qu'il comptait voir un feu d'artifice avec un copain mardi soir et je me suis sentie rejetée. J'ai essayé de lui expliquer que j'étais jalouse qu'il puisse voir ce feu avec un ami alors que pour ma part ... Je n'en ai pas vu depuis des années.

Il m'a dit que j'étais égoïste. Que je ne pensais qu'a moi et que je ne le laissais pas vivre sous prétexte que j'ai un handicape qui m'empêche de faire ce que je souhaite au moment ou je le souhaite.

 

J'ai beaucoup pleuré.

 

Je n'avais nullement l'intention de lui interdire quoi que se soit. Je voulais simplement lui faire comprendre que j'étais triste de ne pouvoir partager ce moment d'intimité avec lui. Que je me sentais mal et que je m'en voulais d'être comme je suis. 

Que je regrette d'avoir vu le jour.

 

Quand il a commencé à se calmer, il m'a expliqué qu'il n'osait pas m'en parler, mais qu'il se rendait compte que mon cas s'aggrave, que l'agoraphobie m'empêche de plus en plus à faire des choses au quotidien.

 

La dernière fois, nous sommes allés au marché plus, à quelques rues du studio. J'avais oublié de prendre mon médicament et j'ai eu du mal à y aller. Je l'ai tout de même fait, mais on ne s'est pas attardé dans la rue qui était pleine de festivant. Fab m'a expliqué que je n'aurai ressenti aucun malaise il y a quelques mois grâce à lui. Apparemment, même à ses cotés, j'ai du mal à affronter la population.

 

J'en ai marre ...

 

Je n'ai toujours pas de nouvelle de Fab depuis qu'il est parti hier soir. Pas de nouvelle en soirée mais ça ne m'étonne pas puisqu'il était avec son copain. Pas de sms le soir avant de dormir. Pas de sms aujourd'hui pour me prévenir qu'il ne mange pas avec moi. J'ai tenté de lui téléphoner vers 17h mais il n'a pas répondu. J'en déduis qu'il est probablement fatigué ou qu'il n'a pas envi de se prendre la tête avec moi tout simplement.

 

Je le comprend, ça ne doit pas être amusant d'avoir une copine comme moi. 

Une copine, ou plutôt un fardeau ...

Je lui demande souvent de m'excuser d'être comme je suis. Je lui explique qu'a part lui, je n'ai aucun contact avec la civilisation si ce n'est le net. Ne pas le voir c'est comme être seule sur une île déserte. C'est certainement difficile à comprendre pour une personne qui a toute sa tête ...

 

Je suis triste et mal dans ma peau.

 

J'aimerai remonter le temps. L'époque où j'étais admirée par les garçons comme les filles, l'époque où je débordais de joie et d'énergie, l'époque où j'aimais sortir et voir du monde. 

Je ne supportais pas l'image que le miroir me renvoyait, mais je ne me laissais pas crever comme je le fais à présent. Je ne me respectais pas, mais je ne ressentais pas ce malaise permanent qui ne me quitte plus. Même s'il m'arrivait d'être triste et mal dans ma peau, j'avais de "bonne période", des moments où je me sentais heureuse.

 

Je ne suis plus que l'ombre de moi même. Je ne comprend pas comment j'ai pu me laisser aller autant pour en finir au déchet que je suis actuellement. Je me sens inutile, vide. Je n'apporte rien à la société, je n'apporte rien non plus à Fab. 

Il me dit toujours que je lui ai fait connaître l'amour. Je le crois, mais j'ai toujours la sensation de lui apporter plus d'emmerde que de bon coté ...

 

Je me sens fatiguée alors que je passe mon temps à dormir. Je me sens épuisée alors que je ne fais rien de mes journées dans mon petit studio de 20m².

 

La CAF me réduit mes allocations à partir du mois prochain. Cumulé à mes revenus mensuels qui vont être réduis du fait que je passe en arrêt maladie au lieu du chômage ne va pas m'aider non plus.

 

Je suis égoïste.

Publié dans Perte de conscience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

vinnce 23/08/2007 11:31

Bonjour ,j 'ai découvert ton blog par le blog de Chen Jie , et j ai étais troublé par la lecture, je reviendrais te lire c 'est certain , a bientôt

Cathy 09/08/2007 21:57

Bonsoir BambouTout d'abord : merci à Jean ... tu sais pourquoi ...Bon moi je fais une phobie sociale mais c'est volontaire en fait ! Je ne te donnerai pas de conseils car seule toi et toi-même sait ce qui est bon pour toi ! Cherche en toi , au plus profond de toi et tu trouveras des solutions qui te conviennent à toi et à ta personnalité . Tu es seule juge de toi et tu es responsable de toi aussi ! Alors une seule phrase : aie confiance en toi  et avançe sur ta route un pas après l'autre . Ensuite tu trouveras la lumière ...Gros bisous ma tite bambou :-)

Roma 06/08/2007 17:50

J'ai passé beaucoup de temps à lire ce blog très bien écrit , très vivant, très franc et du coup vraiment intéressant.J'ai passé quelques années où je sortais, comme le vilain petit canard, avec l'impression que j'allais me faire agresser physiquement, verbalement ; je sortais quand même mais vraiment en me sentant très mal ; par bonheur j'ai eu un jour un mal de dos très violent et j'ai dû subir de longs mois des massages ; ça a fait du bien à mon dos mais surtout ça a complètement rétabli ma santé psychologique ; j'ai mis des frontières fermes aux êtres néfastes de mon entourage qui me détruisaient peu à peu, je suis redevenue moi-même un être plein de force et d'équilibre.Moustic j'ai beaucoup apprécié le livre dont tu parles ; un bon livre que j'avais acheté à cette période-là. Ce n'est pas suffisant mais ça éclaire pas mal de choses.à bientôt

LOULOU 05/08/2007 06:26

Bonjour,Je tombe sur ton site par hasard, en fait je cherchais les sites de phobie sociale car j'en ai gravement souffert (accompagnée d'une grâve dépression) et souhaiterai apporter mon soutien aux autres. Moi aussi j'ai beaucoup écrit pour évacuer et ai rédigé mon histoire en 32 pages. Si je ressens encore des peurs et en auraient toujours, elles ne m'empêchent plus de vivre....Effectivement, avec le recul on se rend compte que l'on a fait subir notre mal être à notre entourage mais on est malade, on ne se rend pas compte, ce n'est pas volontairement pour leur faire du mal.Ce sont des maladies où nous sommes malgré nous tournés vers notre personne alors qu'on voudrait s'oublier et oublier nos problèmes, on focalise dessus puisqu'il nous empêchent de vivre avec les autres.  Je te souhaite beaucoup de courage et espère que tu es bien entourée médicalement. Moi j'ai toujours refusé toute sorte de médicament, par contre j'avais une femme médecin psychiatre qui m'a beaucoup aidé par des séances très rapprochées.Dans mon cas c'est l'amour qui m'a sorti du trou, j'ai commencé à refaire des activités même banales, de tous les jours, pour l'être aimé, ce qui m'a motivé au départ c'est de faire les choses pour lui.Et puis il m'a quitté, un peu à cause de ça, je manquais de personnalité, vivais pour lui, ne m'acceptais pas, et ne m'affirmais pas. Alors j'ai voulu me prouver que je n'avais pas besion de lui pour vivre. Alors je me suis bougée!j'ai pris un appart, quitté mes parents, suis partie en vacances toute seule, j'ai par la suite changé de région....Je ne me suis pas transformée du jour au lendemain!!!la route est longue et je manque encore beaucoup de confiance en moi, mais je sais aujourd'hui que moi seule peut trouver des réponses en moi même, des solutions, la force d'avancer, d'essayer(même si quand on est malade c'est dur à imaginer) et peut vraiment m'aider et quand on a les premiers résultats même minimes, on se rend vite compte que cela vaut le coup de se forcer un peu... Tu as eu une bonne idée de faire ce blog, moi malade, je pensais être anormale, pas comme les autres et c'est très important de découvrir que l'on est pas tout seul à ressentir les mêmes choses. Bon courage à toi,bises

Marie 31/07/2007 09:55

Kikou Bambou! Me voilà revenue de vacances, ça fait plaisir de feuilleter à nouveau ton blog même si ce dernier article n'est pas tout à fait optimiste...Tu sais, à l'époque, quand je souffrais d'agoraphobie, j'avais les mêmes réactions que toi... Avec du recul, je m'aperçois que oui, d'un côté nous sommes égoiste... Car la maladie nous empêche de sortir mais inconsciemment ou pas, nous en voulons à notre compagnon de pouvoir faire les choses que l'on rêverait de faire... Et par jalousie, des disputes éclatente... C'est plus subtil que ça encore, mais je ne sais pas l'expliquer avec d'autres mots.Quoiqu'il en soit, essait de te reprendre en main, ce n'est pas impossible, je parle par expérience, car si tu continus à régresser, Fab risque de ne plus supporter ton état. Moi même, mon omme a été à deux doigts de me lâcher jusqu'au moment où j'ai fait la thérapie. D'ailleurs, concernant cette der nière, tu devrais demander à rapprocher les séances, car vraiment, ça ne sert pas à grand chose sinon....Enfin bref, voilà.Je t'embrasse fortBambou ;)