Définition de l'agoraphobie

Publié le par Bambou

Agoraphobie :
Lontemps réduite à la définition de "peur de la foule", l'Agoraphobie (du grec agora : place publique ; et phobos : peur) est un trouble cognitif se manifestant par une peur irrationnelle des espaces libres et des lieux publics, et parfois indirectement de la foule en tant que masse (la nuance n'étant pas toujours strictement définie avec l'ochlophobie). Elle s'inscrit dans la catégorie dite des phobies sociales.
Si l'origine de cette névrose diffère selon les sujets, elle survient le plus souvent suite à un traumastisme psychique (accident, deuil, chômage...) récent ou éloigné. Ainsi, cet état - que de nombreux spécialistes différencient d'une "maladie" - peut être développé à tout moment par tout individu. Il peut aussi s'accompagner d'autres syndrômes, phobies ou troubles compulsifs (dépression, claustrophobie...).
L'angoisse générée par cette manifestation phobique peut être de différente ampleur selon la réceptivité du sujet. Les individus les plus exposés peuvent alors présenter des crises de spasmophilie ; appelées aussi "crise d'angoisse" ou "attaque de panique". À l'exception des personnes présentant des pathologies particulières (déficients cardiaques, asmathiques...), les crises de spasmophilie ne présentent au deumeurant aucun danger pour la santé ou la vie du sujet. Néanmoins, les victimes comparent ces épisodes à la sensation de mourir.
A ce stade, de nombreux sujets développent donc la crainte de tels malaises, et appellent ce phénomène "la peur d'avoir peur". Ils peuvent alors élaborer par opposition un processus dit d'"évitement", consistant à éviter toute situation représentant l'objet de leur phobie.
Dans ce dernier cas, l'agoraphobe risque ainsi d'entrer progressivement dans un processus de dé-sociabilisation et présenter à terme un syndrôme dépressif majeur.
Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont aujourd'hui parmi les plus indiquées dans le traitement de ce type d'état. Le principe réside d'une part dans l'apprentissage de la relaxation, et d'autre part, dans un accompagnement du patient par le thérapeute en situation anxiogène.
Source : Wikipédia
 
 
Légende :

*** Ce que je dis ***

*** Ce que pense mon inconscient ***

*** La petite voix qui me parle et m'écoute ***

Publié dans Quelques bases

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Aux éclats ! Mosaïques ... 28/06/2007 13:13

Bonjour Mlle Bambou ! Je voulais simplement te souhaiter des jours meilleurs et te dire que je suis certaine que tu vas sortir victorieuse de ton combat !!

Bambou 01/07/2007 10:30

Meci beaucoup pour ce commentaire encourageant ! C'est ce dont j'ai besoin en ce moment :)

p'tite lulu 22/04/2007 17:00

Coucou, moi cé lulu,
j'ai été agoraphobe moi aussi sa duree 2 ans et demi, mais il m'arrive de refaire des rechutes ( c'est pas facile a vivre et j'en ai enormement souffert, perte de sociabilité ) aujourd'hui je travail depuis 2 ans et depuis ce travail je peut sortir normalement mais j'ai encore des exeptions ( la foule, ... )
Je te souhaite bon courage pour la suite ne baisse pas les bras.
a+

aglagla 12/03/2007 21:41

salut toi,c'est la 1ere fois que j'ecris a une agoraphobe,j'en ai entendu parler,mais je suis complétement ignare sur le sujet.
fait gaffe sur over-blog il y a foule,hi,hi,hi.....

ririetitange 12/03/2007 12:15

hum...moi je tombe dans les pommes quand je reste plus d'une heure dans un centre commercial : je vois tout qui tourne et hop ! y'en a plus !
sinon en régle générale , je desteste le téléphone , sortir , voir des gens en parler me coûte infiniment ( on m'a souvent demandé si j'étais muette )
asociale ? totalement , oui ! Et je le revendique d'ailleurs et je ne compte absolument pas me soigner , ni d'une façon ni d'une autre