Mon Père et moi, après le divorce

Publié le par Bambou

D'après ma grand mère, j'étais tout pour mon père après le divorce. Je n'avais même pas 5 ans quand c'est arrivé et  je n'ai que peu de souvenir.
 
Papa loua un T1 pendant un an ou deux. Il n'avait pas de lit à ce moment là, donc on dormait tout les deux sur le clic-clac quand j'étais chez lui. Le tribunal avait décidé que je passerai un week end sur deux chez lui ainsi que la moitié de mes vacances scolaire jusqu'a ma majorité. Je me souviens du moment où il était célibataire. C'est peut être égoïste de ma part de penser ça mais ... C'est la période que j'ai préféré en compagnie de mon père. Dommage qu'elle fut si courte !...
 
La journée, nous passions notre temps au parc qui était à une centaine de mètres de chez lui. On jouait souvent ensemble. Il m’initia aux jeux vidéo et m’acheta une tonne de livres sur les dinosaures et l’astronomie. L’astronomie et les jeux vidéo sont restés une passion depuis. Chaque dimanche soir, il m’emmenait au Quick d’Amiens en guise « d’au revoir ». Je le voyais tout le temps triste à ce moment là et j’avais mal pour lui même si mon esprit de petite fille de 6 ans ne comprenait pas pourquoi une telle tristesse l’accablait sans relâche. Après le repas, Papa me raccompagnait chez Maman. Il garait sa voiture dans la rue, puis il me prenait dans ses bras pour que je sois assez grande pour sonner à la porte. Maman l’invitait toujours à prendre un café.
 
Ce fut comme ça durant plusieurs mois.
 
De temps à autre pendant les vacances, ma grand mère de Marseille venait nous rendre visite. Je suis sa seule petite fille malgré ses 4 garçons. Sur les trois autres, l’aîné n’a pas de compagne ni d’enfant, l’un à un garçon qui ne donne jamais de nouvelles, quand au dernier ... Il a un garçon et une fille de mon âge mais ça fait des années qu’ils ont coupé tout contact avec la famille. J’étais donc la petite fille adorée de ma grand mère et  je le suis toujours d’ailleurs ...
 
Un jour, sans comprendre pourquoi, mon père vint me chercher chez ma mère comme chaque Samedi et m’expliqua que l’on ne dormirai pas chez lui le soir même. Il me présenta sa nouvelle compagne Muriel ainsi que son fils Térence qui avait le double de mon age.
 
C’est à partir de ce moment là qu’une distance s’installa entre mon père et moi. J’étais petite, et pourtant je souffrais de voir cette femme et ce fils prendre ma place. Les quelques fois où j’avais ma grand mère au téléphone, je lui expliquais que je pleurais souvent à cause de cette nouvelle famille, et elle interprétait ça comme la jalousie que peut ressentir tout enfant vis-à-vis de son père.
 
Je n’avais que 7 ans le soir où Térence toucha et souilla mon corps de petite fille. Je savais que c’était « mal » et pourtant ... J’ai gardé ce secret en moi, ne voulant en parler à personne. Et chaque week end, je priais pour que mon père me dise que c’était terminé, que l’on ne dormirait plus jamais chez Muriel et son fils... Mais le rituel continua encore quelques mois ...
 
Un dimanche soir, Muriel avait insisté pour me raccompagner chez ma mère. Mon père se gara, et au moment de sortir de la voiture, elle s’énerva en expliquant que je pouvais continuer le chemin à pied. Ce fut la première fois que mon père me laissa partir toute seule dans la nuit. Arrivée chez moi, je fus trop petite pour atteindre la sonnette et je me contenta de taper la porte de mes petits poings. Quand Maman m’ouvrit la porte, elle fut étonnée de me voir seule et en larme.
 
Quinze jours plus tard, le moment de me préparer pour retourner chez mon père était venu. Je pleurais encore, suppliant Maman de ne pas me laisser partir et de me garder avec elle.
 
Je ne vais pas continuer à rentrer dans les détails. Pour finir le « chapitre », ma mère appela ma grand mère paternelle pour comprendre ce qu’il se passait. Apparemment Térence avait raconté à ma grand mère que je me déshabillais devant lui et le forçait à me toucher ...
 
Même avec les années, je n’ai jamais osé reparler de ça à ma grand mère. J’aurais pu lui expliquer ma version des faits ... Manque de courage, honte, dégoût ... Tant de facteurs qui font que je préfère oublier tout ça et me dire que ce n’est qu’un mauvais rêve.

Publié dans Quelques bases

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pupuce 20/07/2009 10:54

Sache que cela arrive malheureusement trop souvent, et trop souvent on n'ose pas en parler. Tu dois en parler, ne serait-ce que pour te soulager ! Tu ne peux pas t'épanouir pleinement si tu n'enlève pas ce poids de tes épaules.Honte, dégou... malheureusement, c'est ce que l'on ressent lorsque notre intimité est violée, et c'est cette honte, ce dégou qui nous font sentir coupable.Ce souvenir restera toujours gravé en toi, mais il faut que tu "l'apèses", que tu le rendes moins tenace pour que tu puisse vivre avec ça.je continue de te lire....biz

Chemindeplume 01/06/2008 21:49

Je continue ma visite et j'arrive ici.L'impression d'avoir pris une gifle reflète assez bien mon état d'esprit.Les mots me manquent...

pascal 22/03/2007 00:00

Bonsoir Bambou,
j'ai été boulversé par ton texte car je suis papa d'une petite fille de 5 ans qui est mon coeur d'amour et c'est pour elle que je viens de faire le choix de quitter ma compagne que j'aime pourtant comme unn fou. Mais les 900 kms qui me séparaient de Clémentine étaient trop lourds à supporter. Je n'arrive même pas à m'imaginer laisser ma puce rentrer chez sa mère seule même sur trois mètres.
 

Bambou 22/03/2007 14:56

Il n'y a pas plus belle preuve d'amour paternel que de quitter sa compagne pour son enfant. Clémentine a vraiment un père en or :)
Bisous, Bambou

Bambou 12/03/2007 09:54

Merci pour vos commentaires, ce n'est qu'encouragement pour m'inciter à continuer et aller de l'avant =)
Bisous à vous, Bambou

Naturella 12/03/2007 09:03

Oh mon Dieu, Bambou, je viens chez toi pour la première fois et je tombe sur tout ça. Vraiment je suis désolée pour toi. Je te comprends très très bien. j'ai vécu quelque chose d'approchant il ya un an et avec mon "grand âge" j'ai du mal à m'en remettre... Courage ! Tiens le coup et laisse sortir tout ça. C'est la meilleure thérapie.Bises et à bientôtNaturella